Petite soeur de la « Tuber Melanosporum », la « Tuber Brumale » reste encore méconnue.

Son Péridium (peau) noirâtre est un peu plus lisse que celui de la « Tuber Melanosporum » et ses écailles, moins nombreuses, se détachent facilement au brossage.

A l’intérieur, sa gléba (chair) est grise à grise foncée en fonction de sa maturité et ses veines blanches sont moins nombreuses et plus marquées que celles de la « Tuber Melanosporum ».

Tout comme sa grande soeur, la brumale affectionne les sols calcaires et pousse en symbiose avec le chêne vert, le chêne pubescent, le noisetier mais également le hêtre ou le charme.

Beaucoup moins sensible à la sécheresse que sa prestigieuse ainée, la Truffe Tuber Brumale est moins rare que la « Tuber Melanosporum ». Plus répandue, elle est aussi plus abordable; trois à quatre fois moins chère que la « Tuber Melanosporum ».

Son parfum, moins puissant que celui de la Tuber Melanosporum, est aussi plus « musqué ». La Tuber Brumale supporte bien la cuisson et est idéale pour préparer une sauce à la Truffe pour des pâtes, pommes de terre ou un risotto, ou encore une farce pour une volaille.

adam truffe

Découvrir toute la sélection Truffe

truffe main